Les règles concernant le marketing d’influenceurs

Jusqu’à l’an dernier, le marketing d’influence n’était pas réglementé au Canada. En fait, il n’y avait pas de règles, car être blogueur, youtuber, vlogueur, instagrammeur, etc. n’étaient pas reconnu comme un métier ou encore de véritable médias. Au début de janvier 2017, la loi à changé et il y a des règles qui encadre le marketing d’influenceurs. Et il y a quelques semaines RAD de Radio-Canada a expliqué dans une série de vidéo ce qui se passait au Canada avec le marketing d’influenceurs. Depuis quelques mois, des influenceurs se font approcher par des médecins pour des échanges de chirurgies / visibilité et le Collège des Médecin n’est pas en accord avec ça. RAD a encore une fois pointer du doigt cette pratique qui n’avait pas encore de règle claire. Le débat a été entamé par CamGrandeBrune qui pourtant l’a fait avec authenticité au travers d’une série de vlogue informatif et qui a été ensuite pointé du doigt par les médias. Pourtant en 2015, la belle vlogueuse avait subit des injections de Botox et personne n’est intervenu.

Suite aux vidéos de CamGrandeBrune, les médias ont réagis fortement et le Collège des médecins est intervenu en prenant position contre les chirurgies esthétiques offertes par certains cabinets à des youtubeurs en échange de visibilité.

« […] le fait d’offrir des soins médicaux gratuitement à ces influenceurs en échange d’une visibilité est un avantage qui est proscrit, et ce, dans tous les domaines de la médecine », écrit le Collège dans un communiqué rédigé par sa Direction des enquêtes.

Voici ce qui a changé au niveau des réglementations au niveau du Marketing d’influenceurs et ce que vous devez savoir pour être dans les règles de l’art du Marketing d’influenceur.

Si vous êtes un influenceur rémunéré en produits ou en argent pour des publications en faveur d’une marque, vous pourriez contrevenir à la loi et avoir une amende assez salé allant jusqu’à 5000$. Pire encore, si vous êtes une marque… vous pourriez courir de gros risques et des poursuites.

Maintenant la réglémentation entourant le marketing de contenu par les influenceurs est encadré par les lois canadiennes sur la publicité au même titre qu’un magazine ou la télévision.  La Loi canadienne sur la publicité comprend une disposition au sujet de la désinformation populaire planifiée, soit le fait, pour une marque, de payer quelqu’un pour obtenir une critique qui, autrement, n’aurait pas été écrite ou aurait pu l’être, mais d’un point de vue moins favorable. Recevoir quelque chose en échange d’une promesse de produire, pour une marque, une critique favorable est considéré comme de la désinformation populaire planifiée.

 

Le gouvernement du Canada a commencé à sévir dans ce domaine depuis le début de l’année 2017. Lorsque nous avons communiqué avec le Bureau de la concurrence afin d’en apprendre davantage, l’organisme de réglementation a cité un article tiré de son Recueil des pratiques commerciales trompeuses. Cet article met en évidence des problèmes liés aux témoignages qui semblent rédigés par des tiers alors qu’il existe un « lien matériel » non divulgué entre eux et la marque, qu’il soit financier ou autre.

Cette position correspond à celle des Normes canadiennes sur la publicité, puisque cet organisme a imposé des règles similaires (en anglais).

Pourquoi est-ce important? Parce que les gens font confiance aux influenceurs(en anglais) et que, même si la critique est impartiale, les consommateurs accordent presque autant d’importance aux témoignages de tiers qu’aux recommandations de leur famille ou d’amis.

 

Pour une marque, cela signifie deux choses :

1. Qu’il faut dire à vos influenceurs ou à vos critiques rémunérés de divulguer leur lien avec vous. S’ils ne le font pas, vous courez un risque. Ils doivent l’indiquer au début et à la fin de leur publication.

2. Qu’il faut développer de meilleures relations avec les adeptes de votre marque et les influenceurs. Si vous n’avez pas besoin de payer quelqu’un pour qu’il parle de votre marque et que vous ne lui donnez rien en retour, il s’agit d’une relation authentique.

Si vous commanditez quelques publications d’un influenceur avec lequel vous pouvez développer une relation à long terme, assurez-vous qu’il le divulgue et continuez à cultiver votre relation avec le créateur de contenu. La divulgation s’applique à une publication en particulier. Si, à l’avenir, la même personne se trouvait à écrire au sujet de votre marque parce qu’elle vous connaît, aime votre marque et utilise vos produits, il s’agirait alors d’une publication authentique légitime. Une autre manière de procéder est de faire de la publicité sur la page d’un blogueur. Vous pouvez acheter un bandeau publicitaire ou payer le blogueur pour qu’il écrive sur votre site. Cela ne sera pas non plus considéré comme de la désinformation populaire planifiée.

 

L’engagement d’un influenceur répond à un double objectif : premièrement, augmenter la notoriété de la marque ainsi que les ventes auprès d’une niche particulière à laquelle s’adresse l’influenceur et, deuxièmement, recueillir les commentaires des influenceurs eux-mêmes.

Ces créateurs de contenu sont des experts dans l’art d’attirer l’attention et d’engager un auditoire qui vous est cher. Payez-les pour leur temps, écoutez leurs conseils et utilisez ces informations pour agir. Plusieurs le font à temps partiel, mais pour beaucoup, il s’agit d’un gagne pain (surtout dans la niche maman).

Et les règlements professionnels?
Comme le Collège des Médecins, chaque ordre, organisme, association professionnel, franchises et pratiquement tous les domaines ont leur ligne directrice en matière de publicité et marketing. Lorsque vous faites appelle à une Agence Marketing Web, l’agence avec qui vous travailler devrait être au courant de ses réglementations et les mettre en applications lors du marketing d’influenceur et du marketing de contenu. Neomedias Agence Marketing Web est au courant de ses pratiques et prenons le temps de nous informer régulièrement au sujet des règles professionnelles de nos clients concernant la publicité et le marketing de contenu.

Est-ce bien que le marketing d’influenceur soient encadrés? Oui car en 2017, nous pouvons dire que blogueur, vlogueur, instagrammeur, influenceurs sont réellement des métiers.

Comments 0

Leave a Reply